Ouvrier ou ouvrière en production porcine

Description du métier

Dans le cadre de sa routine de travail, l'ouvrier ou l'ouvrière en production porcine administre les soins ainsi que les traitements préventifs et curatifs couramment appliqués aux différents groupes d'animaux, en fonction des consignes précises, transmises par la personne responsable de la production, concernant les activités à réaliser et les résultats attendus. Les responsabilités de l'ouvrier ou de l'ouvrière exigent un sens de l'observation et de la perspicacité de manière à intervenir de façon appropriée et rapidement lorsque surviennent des incidents ou des complications. Dans ce métier, l'ouvrier ou l'ouvrière doit faire preuve d'initiative et de débrouillardise afin d'assurer les soins essentiels aux animaux et le bon déroulement des travaux demandés. En outre, le calme, la minutie ainsi que la ponctualité sont nécessaires dans l'exercice de ce métier.

À la base, tout ouvrier ou toute ouvrière en production porcine doit posséder les compétences pour effectuer des tâches liées à l'alimentation des animaux, aux soins de santé et d'hygiène des animaux, à la régie de troupeau, au nettoyage des locaux et de l'équipement. De plus et en complémentarité avec les tâches précédentes, l'ouvrier ou l'ouvrière en production porcine assume d'autres responsabilités en fonction du ou des contextes de production de l'entreprise qui peuvent être : la gestation, la mise bas, la pouponnière, l'engraissement.

Selon le contexte de production propre à chaque entreprise, l'ouvrier ou l'ouvrière peut donc avoir à exercer des compétences pour mettre en œuvre un programme de reproduction, assister les truies et les porcelets dans la mise bas, participer à l'entretien et à des réparations mineures de l'équipement, participer à l'entretien et à des réparations mineures des bâtiments, conduire de l'équipement motorisé pour déplacer des marchandises.

Les compétences à maîtriser

La norme professionnelle a été élaborée par AGRIcarrières, le Comité sectoriel de main-d'œuvre de la production agricole; elle a été adoptée par la Commission des partenaires du marché du travail et approuvée par la ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Les quatre compétences suivantes sont essentielles à l'obtention du certificat de qualification :

1. Être capable d'appliquer un programme d'alimentation aux animaux porcins.
2. Être capable d'appliquer des soins d'hygiène et de santé aux animaux porcins.
3. Être capable d'appliquer des techniques de régie du troupeau porcin.
4. Être capable d'assurer la propreté des aires de production.

Les cinq compétences suivantes sont complémentaires au certificat de qualification. Les compétences complémentaires sont des compétences qui sont liées à des contextes de travail particuliers. Ces compétences sont enregistrées dans le Registre des compétences d'Emploi-Québec et sont reconnues par une attestation.

5. Être capable de mettre en œuvre un programme de reproduction d'un troupeau porcin dans une unité de gestation.
6. Être capable d'assister des truies et des porcelets dans une unité de mise bas.
7. Être capable d'effectuer l’entretien et des réparations mineures de l'équipement.
8. Être capable de participer à l'entretien et à des réparations mineures des bâtiments.
9. Être capable de conduire l'équipement motorisé pour déplacer des marchandises.

Le secteur de la production porcine considère que la compétence 5 est particulière au contexte de travail gestation et qu'elle complète la qualification dans ce contexte.

De même, la compétence 6 est particulière au contexte de travail mise bas et complète la qualification de l'ouvrier ou de l'ouvrière qui travaille dans ce contexte.

Les compétences 7, 8 et 9 peuvent s'exercer dans l'un ou l'autre des quatre contextes de travail en production porcine, soit en gestation, en mis bas, en pouponnière ou en engraissement.

Durée de l'apprentissage

Plusieurs facteurs peuvent influer sur la durée de l'apprentissage, comme l'expérience de la personne en apprentissage, l'organisation du travail. Selon le comité sectoriel de main-d'œuvre, il faut environ dix-huit mois de progression dans les apprentissages pour se qualifier et atteindre l'autonomie professionnelle recherchée pour ce métier.

Un compagnon pourra accompagner une ou plus d'une personne (généralement trois ou moins) en apprentissage dans la mesure où cela permet d’offrir des conditions satisfaisantes pour l'apprentissage. Cependant, plusieurs facteurs peuvent influer sur le ratio compagnon/apprenti, comme l'expérience du compagnon dans cette fonction, l'organisation du travail dans l'entreprise. Emploi-Québec valide et approuve le ratio compagnon/apprenti.

Information complémentaire

Pour connaître toute l'information sur cette qualification volontaire, consultez les documents disponibles dans la colonne de droite.