Note sur la méthodologie et sur la source des données

Source des données

Les données sont adaptées de Statistique Canada, Enquête sur la population active. Cela ne constitue pas une approbation de ce produit par Statistique Canada. Les données régionales désaisonnalisées sont produites par l’Institut de la statistique du Québec.

Mise en garde méthodologique au sujet des estimations régionales sur le marché du travail

Les estimations régionales sur le marché du travail se distinguent à plusieurs égards des données canadiennes et québécoises sur l’emploi et le chômage diffusées mensuellement par Statistique Canada et tirées de l’Enquête sur la population active. Les estimations dont les médias font part mensuellement sont désaisonnalisées, ce qui veut dire qu’elles sont corrigées des variations saisonnières afin de rendre les données comparables à celles de n’importe quel autre mois de n’importe quelle année. Statistique Canada ne désaisonnalise pas les données régionales. Des estimations régionales désaisonnalisées sont cependant produites par l’Institut de la statistique du Québec.

Les estimations régionales sont des moyennes mobiles de trois mois. Ainsi, l’estimation du taux de chômage d’avril pour la région Chaudière-Appalaches constitue en réalité une estimation du taux de chômage moyen dans cette région pour les mois de février, mars et avril. L’estimation pour le mois de mai correspondra au taux moyen de mars, avril et mai. Cette façon de faire a été adoptée par Statistique Canada en 1991 afin de réduire les fluctuations mensuelles des estimations régionales non désaisonnalisées occasionnées par la faible taille de l’échantillon à partir duquel elles sont produites.

Malgré l’établissement de moyennes mobiles de trois mois, les estimations régionales, désaisonnalisées ou pas, demeurent sujettes à des marges d’erreur élevées en raison de la faible taille de l’échantillon. Celui-ci, qui est de 9 778 ménages par mois pour l’ensemble du Québec, varie selon les régions, de 193 ménages pour la région de Laval à 1 110 ménages dans la région de la Montérégie. Statistique Canada a estimé les marges d’erreur pour les régions du Québec à partir des estimations moyennes des données non désaisonnalisées de juillet à décembre 2017. La taille de l’échantillon correspond au nombre moyen de ménages enquêtés entre juillet et décembre 2017. Le calcul est basé sur la donnée mensuelle non désaisonnalisée pour les six derniers mois de 2017 (juillet à décembre), pour le Québec et pour les régions. Baser le calcul sur les données en moyennes mobiles de trois mois ou sur les données mensuelles mène sensiblement aux mêmes résultats et il est correct d’appliquer les intervalles de confiance présentés dans ce document aux moyennes mobiles de trois mois.

Selon ces estimations, comme on peut le voir dans le tableau qui suit, lorsque le taux de chômage non désaisonnalisé estimé pour le Québec pour un semestre donné est de 5,5 %, la probabilité que le taux réel qu’on observerait si l’on recensait tous les ménages du Québec se situe entre 5,3 % et 5,7 % est de 67 %. En augmentant à 90 % la probabilité que l’estimation soit comprise dans l’intervalle de confiance, les bornes inférieure et supérieure se situent respectivement à 5,2 % et à 5,8 %.

Pour les estimations régionales, la marge d’erreur s’accroît considérablement. Ainsi, une estimation du taux de chômage de 10,6 % pour la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine signifie que la probabilité que le taux de chômage de cette région se situe entre 9,2 % et 12,0 % est de 67 %. L’intervalle de confiance à 67 % pour cette région dans ce cas-ci a donc une étendue de 2,8 points de pourcentage. À Montréal, où l’échantillon est plus important, un taux estimé de 7,8 % se situe en réalité entre 7,3 % et 8,3 %, deux fois sur trois. L’étendue est donc beaucoup moins importante, soit de 1,0 point.

En raison de la marge d’erreur élevée pour ce qui est des estimations semestrielles régionales, ces estimations doivent être interprétées avec beaucoup de prudence. Il faut garder à l’esprit le fait qu’une variation d’une estimation dans un sens, si elle est inférieure à un niveau qui peut être expliqué par le coefficient de variation, peut en réalité cacher une variation en sens contraire.

Intervalles de confiance des estimations du taux de chômage moyen de juillet à décembre 2017

Province

Intervalles de confiance des estimations du taux de chômage moyen de juillet à décembre 2017 - Province
Région Numéro
d'identification
Taille de
l'échantillon
Taux de
chômage moyen*
Intervalle de confiance à
95 %
Intervalle de confiance à
90 %
Intervalle de confiance à
67 %
Borne
inférieure
Borne
supérieure
Borne
inférieure
Borne
supérieure
Borne
inférieure
Borne
supérieure
Québec 24 9 778 5,5 5,1 5,9 5,2 5,8 5,3 5,7

Régions économiques (RÉ)

Région Numéro
d'identification
Taille de
l'échantillon
Taux de
chômage moyen*
Intervalle de confiance à
95 %
Intervalle de confiance à
90 %
Intervalle de confiance à
67 %
Borne
inférieure
Borne
supérieure
Borne
inférieure
Borne
supérieure
Borne
inférieure
Borne
supérieure
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine 410 374 10,6 7,8 13,4 8,3 12,9 9,2 12,0
Bas-Saint-Laurent 415 359 4,7 3,2 6,2 3,5 5,9 4,0 5,4
Québec 420 719 4,0 3,0 5,0 3,2 4,8 3,5 4,5
Chaudière-Appalaches 425 1 075 2,5 1,8 3,2 1,9 3,1 2,1 2,8
Estrie 430 930 4,2 3,5 4,9 3,6 4,8 3,8 4,5
Centre-du-Québec 433 218 5,1 3,3 6,9 3,6 6,6 4,2 6,0
Montérégie 435 1 110 4,0 3,2 4,8 3,3 4,7 3,6 4,4
Montréal 440 1 085 7,8 6,8 8,8 6,9 8,7 7,3 8,3
Laval 445 193 7,0 4,8 9,3 5,1 8,9 5,9 8,1
Lanaudière 450 239 5,0 3,1 6,9 3,4 6,6 4,0 5,9
Laurentides 455 389 6,2 4,1 8,3 4,4 7,9 5,1 7,2
Outaouais 460 898 5,2 4,3 6,2 4,5 6,0 4,8 5,7
Abitibi-Témiscamingue 465 396 4,5 3,3 5,6 3,5 5,4 3,9 5,0
Mauricie 470 709 5,3 3,8 6,7 4,0 6,5 4,5 6,0
Saguenay–Lac-Saint-Jean 475 759 5,2 4,3 6,1 4,5 6,0 4,8 5,7
Côte-Nord et Nord-du-Québec 480/490 328 4,8 3,1 6,5 3,4 6,2 4,0 5,6

Régions métropolitaines de recensement (RMR)

 
Région Numéro
d'identification
Taille de
l'échantillon
Taux de
chômage moyen*
Intervalle de confiance à
95 %
Intervalle de confiance à
90 %
Intervalle de confiance à
67 %
Borne
inférieure
Borne
supérieure
Borne
inférieure
Borne
supérieure
Borne
inférieure
Borne
supérieure
Saguenay 08 594 6,1 5,1 7,0 5,2 6,9 5,6 6,5
Québec 09 847 3,7 2,9 4,6 3,0 4,4 3,3 4,1
Trois-Rivières 11 699 4,9 4,0 5,9 4,1 5,7 4,5 5,4
Sherbrooke 10 658 4,7 3,7 5,6 3,9 5,4 4,2 5,1
Montréal 16 1 925 6,3 5,6 7,0 5,7 6,9 5,9 6,6
Gatineau 17 805 5,2 4,2 6,2 4,3 6,0 4,7 5,7

*Selon les mois individuels.

Source : Statistique Canada, compilation spéciale.