Vous êtes ici : Accueil > Nord-du-Québec > Une région en action

Une région en action

Table jamésienne de concertation minière (TJCM)

En 2000, le secteur minier de Chibougamau connaît certaines difficultés. La situation est tout aussi difficile dans le reste de la région. Les élus régionaux décident alors de réaliser une étude de la situation minière régionale et de recommander dans leur rapport (le rapport Laquerre) une suite d'actions de nature à assurer la viabilité et la relance de l'industrie minière dans la région.

L'une des premières recommandations du rapport porte sur la mise en place d'une table de concertation minière, réunissant les membres de l'industrie, les établissements de formation et les acteurs économiques. La Table jamésienne de concertation minière (TJCM) voit le jour au mois d'août 2001 et il assure, depuis, une vigie constante de ce secteur, avec ses partenaires.

Parmi les réalisations importantes de la TJCM, signalons les études de main-d'œuvre, la promotion de l'industrie minière (La ruée vers le NordCe lien ouvrira une nouvelle fenêtre et vous mènera dans un autre site.), sa participation au Comité Action-Mines et la mise en place du Centre d'étude appliquée du Quaternaire (CEAQ).

La TJCM est un acteur de premier plan et un partenaire de choix pour Emploi-Québec.

Partenariat pour l'emploi des Cris

Près de 18 000 Cris vivent dans la région administrative du Nord-du-Québec. Ils sont répartis dans 9 communautés, dont 5 sont situées sur la côte est de la baie James et de la baie d'Hudson et 4 à l’intérieur des terres. Les autorités cries prévoient une forte croissance de l'économie crie dans la régiona au cours des prochaines années, ce qui se traduira par une augmentation significative du nombre de nouveaux emplois durables pour la population crie.

Le Partenariat pour l'emploi des Cris a été créé pour offrir aux Cris du territoire Eeyou Istchee de la formation dans les domaines de la construction, du transport aérien, de l'alimentation et de la restauration. Son mandat à court terme est d'offrir une formation à 418 Autochtones et d'assurer un emploi durable à 301 d'entre eux. Son mandat à long terme est de stimuler le développement économique et social grâce à une main-d'œuvre plus compétente et à la création d'emplois.