Vous êtes ici : Accueil > Actualités

Bulletin mensuel du marché du travail au Québec – Juillet 2022

5 août 2022
0

L’emploi est en baisse (-4 500) et le taux de chômage aussi (à 4,1 %).

Avertissement : Les données de l’Enquête sur la population active (EPA) de Statistique Canada du mois de juillet 2022 sont à considérer avec précaution car, en plus de la volatilité habituelle des données mensuelles, il y a toutes les conséquences de la crise sanitaire sur le déroulement même de l’enquête, dont la baisse du taux de réponse observée, mois après mois, depuis le début de la pandémie, malgré l’accroissement de la taille de l’échantillon. Les données diffusées aujourd’hui portent sur la semaine de référence qui a été du 10 au 16 juillet 2022.

Consultez le dernier bulletin sur le marché du travail (PDF, 527 Ko)

  • En juillet, l’emploi est à la baisse au Québec (-4 500; -0,1 %) et au Canada (-30 600; -0,2 %).
    • Au Québec, la baisse de l’emploi a touché le temps partiel (-8 100; -1,0 %) alors que le temps plein a augmenté (+3 700; +0,1 %).
    • Les secteurs où l’emploi, en nombre, a le plus augmenté sont : transport et entreposage (+10 600; +4,8 %), services d’hébergement et de restauration (+6 800; +3,7 %) et finance, assurances, services immobiliers et de location (+3 100; +1,2 %).
    • Les secteurs où l’emploi, en nombre, a le plus baissé sont : services d’enseignement (-13 500; -3,8 %), commerce de gros et de détail (-12 100; -1,8 %) et soins de santé et assistance sociale (-4 300; -0,7 %).
    • La baisse a touché l’emploi des femmes (-25 100; -1,2 %) alors que celui des hommes est en hausse (+20 600; +0,9 %).
    • Une création nette d’emplois est observée dans le secteur privé (+9 100) et chez les travailleurs autonomes (+11 100) et une baisse dans le secteur public (-24 600).
    • L’analyse par groupe d’âge montre une création d’emplois chez les 25 à 54 ans (+7 200; +0,3 %) et une baisse chez les 55 ans et plus (-6 900; -0,7 %) et les 15 à 24 ans (-4 700; -0,8 %).
  • Par rapport à juillet 2021, l’emploi a augmenté au Québec (+59 200; +1,4 %). La hausse a touché l’emploi à temps plein (+55 500; +1,6 %) et celui à temps partiel (+3 800; +0,5 %).
  • La moyenne de janvier à juillet 2022 indique que l’emploi a augmenté (+133 400; +3,2 %) par rapport à la même période de 2021. La hausse a touché l’emploi à temps plein (+76 600; +2,2 %) et celui à temps partiel (+56 700; +7,7 %).
  • Par rapport au mois dernier, le taux de chômage a baissé de 0,2 point de pourcentage (p.p.), à 4,1 % au Québec et il est demeuré stable au Canada à 4,9 % (son niveau le plus bas depuis 1976). Par rapport à juillet 2021, le taux de chômage a baissé de 1,9 p.p. au Québec et de 2,5 p.p. au Canada.
  • En juillet, les taux d’activité (63,4 %; -0,2 p.p.) et d’emploi (60,8 %; -0,1 p.p.) sont en baisse.
  • En juillet, la population active a baissé au Québec (-13 200; -0,3 %) et au Canada (-27 000; -0,1 %). Par rapport à juillet 2021, elle a baissé au Québec (-29 600; -0,6 %) et a augmenté au Canada (+177 600; +0,9 %).
  • L’analyse par niveau de qualification montre que l’emploi est en hausse pour les groupes « peu qualifié »1 (+20 100; +1,4 %) et « qualifié »2 (+10 600; +1,5 %) et en baisse pour le groupe « hautement qualifié »3 (-35 200; -1,6 %).
  • Pour la population des 15 à 64 ans, le taux d’activité est en baisse (80,1 %; -0,1 p.p.) et le taux d’emploi est stable (76,7 %; +0,0 p.p.).
  • En juillet, le salaire horaire moyen (donnée non désaisonnalisée) est en hausse (+2,29 $; +8,1 %) à 30,71 $, par rapport au même mois de l’année précédente4. Parallèlement à cela, l’indice des prix à la consommation (donnée non désaisonnalisée) est en hausse (+8,0 %) en juin par rapport au même mois de l’année précédente5.
  • Finalement, la comparaison par rapport à la situation d’avant la pandémie (février 2020) montre que le niveau d’emploi, observé en juillet 2022, est en baisse (-5 000; -0,1 %). Cependant, on observe une hausse de l’emploi à temps plein (+25 600; +0,7 %) et une baisse de celui à temps partiel (-30 500; -3,7 %).


  1. Les emplois « peu qualifiés » requièrent habituellement un diplôme d’études secondaires (DES) à la formation générale ou moins.
  2. Les emplois « qualifiés » exigent habituellement un diplôme d’études professionnelles (DEP) de niveau secondaire ou un diplôme d’une école de métier.
  3. Les emplois « hautement qualifiés » exigent habituellement un diplôme d’études universitaires ou collégiales.
  4. Le salaire horaire moyen de tous les salariés est une moyenne générale, trop agrégée pour permettre de bien observer et comprendre la variation effective des salaires. En effet, la variation du salaire horaire moyen peut être expliquée par de nombreux autres facteurs dont un simple changement dans la structure de la population observée (Effets de structure) entre les deux périodes.
  5. Pour les mêmes raisons, l’interprétation de la comparaison de la variation du salaire horaire moyen avec celle de l’indice des prix à la consommation doit être faite avec prudence et comporte des limites.