Libraire

Description du métier

La personne qui occupe un emploi en tant que libraire est appelée à travailler dans des établissements dont l'activité principale consiste à vendre de livres. Les tâches principales du libraire sont rattachées aux deux champs de responsabilités du métier, soit, le service-conseil et le service de réception et retour de livres. Selon qu’il s'agisse d'une libraire indépendante, d'une librairie de chaîne ou d’une coopérative en milieu scolaire, différentes tâches peuvent être effectuées. 

À la base, pour les trois types de librairies, le libraire accueille et conseille la clientèle. Il utilise toutes les ressources de la librairie dont une base de données informatisées dans la plupart des cas. Il maîtrise le système de classement des livres et il est souvent amené à aménager des aires de ventes selon les concepts précis. 

Dépendamment du contexte de librairie, le libraire peut être responsable du retour des livres aux distributeurs et de la réception des livres. Il doit alors maîtriser les tâches reliées au traitement de la marchandise, de la manipulation à l'interprétation des renseignements inscrits sur les formulaires liés aux transactions. Il doit aussi traiter les renseignements utiles à la gestion des inventaires et les saisir dans une base de données. 

Par ailleurs, il faut voir que le travail du libraire en tant que spécialiste de la vente de livres comporte une dimension qui lui est propre. En effet, les libraires sont confrontés à un défi de taille qui consiste, d'une part, à rendre accessible et à promouvoir les livres en tant que support de la culture et de la connaissance et, d'autre part, à rentabiliser les activités commercialisées liées à la vente des livres.

Les compétences à maîtriser

La norme professionnelle a été élaborée par le Conseil québécois des ressources humaines en culture (comité sectoriel de main-d'œuvre en culture), adoptée par la Commission des partenaires du marché du travail et approuvée par la ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Les quatre compétences suivantes visent le service conseil; elles sont essentielles à l'obtention du certificat de qualification :

1. Être capable d'accueillir, de servir et de conseiller la clientèle de la librairie;
2. Être capable d'utiliser toutes les ressources de la librairie pour servir et conseiller la clientèle;
3. Être capable d'utiliser le système de classement des livres dans la librairie; 
4. Être capable d'aménager une aire de vente selon un concept de présentation précis.

Les trois compétences suivantes sont facultatives et complémentaires aux compétences essentielles. Elles sont associées au champ de responsabilité « Services à la réception et au retour des livres » :

5. Être capable de vérifier l'état et la nature de la marchandise (boite de livres, livres) au moment de réceptionner et au moment de désemballer les boites de livres ou, encore, au moment de préparer les colis et les livres pour l'expédition.
6. Être capable d'interpréter et d'utiliser les renseignements inscrits sur les formulaires liés aux transactions sur les livres au moment de les réceptionner ou d'expédier des livres.
7. Être capable de traiter les renseignements utiles à la gestion des livres et de les saisir dans la base de données utilisée pour la gestion du stock de livres dans la librairie.

La norme professionnelle précise également le contexte d'exercice du métier ainsi que le contexte de réalisation de chacune des compétences.

Durée de l'apprentissage

Plusieurs facteurs peuvent influer sur la durée de l'apprentissage tels l'expérience de la personne en apprentissage, l'organisation du travail, etc. Selon le Conseil québécois des ressources humaines en culture, il faut environ de trois à six mois pour chacun des deux champs de responsabilités, donc un maximum de un an pour se qualifier.

Un compagnon pourra accompagner un ou plus d'un apprenti ou d’une apprentie dans la mesure où cela permet d’offrir des conditions satisfaisantes pour l’apprentissage.

Plusieurs facteurs peuvent influer sur le ratio compagnon/apprenti tels l’expérience du compagnon dans cette fonction, l'organisation du travail dans l’entreprise, etc. Le Conseil québécois des ressources humaines en culture suggère pour sa part un ratio de l’ordre de deux apprentis ou apprenties pour un compagnon au maximum. Emploi-Québec valide et approuve le ratio compagnon/apprenti.

Information complémentaire

Pour connaître toute l’information sur cette qualification volontaire, consultez les documents disponibles dans la colonne de droite.